Circulations et réappropriations des enseignements du yoga moderne en France et en Suisse

Caroline Nizard

Resumo


 

Historiquement, les réinterprétations du yoga en Inde s’inscrivent dans les réformes des mouvements nationalistes de la fin du xixe siècle et gagnent en importance dans les années 1920 autour de pratiques donnant la prévalence aux postures. Si ces réappropriations ont fait l’objet de nombreux travaux d’historiens et de sanskritistes autour des textes et de gourous emblématiques, l’hybridation des pratiques contemporaines en Europe, notamment en France et en Suisse, reste peu interrogée. Aussi, grâce à des terrains ethnographiques menés entre 2013 et 2017, trois portraits de professeurs en France et en Suisse seront esquissés afin de souligner des réinterprétations possibles, depuis Krishnamacharya, un gourou important dans l’histoire du yoga, jusqu’à ces derniers. Car, au-delà des diversités d’approche du yoga, ces enseignants se rejoignent dans leur volonté d’inscrire leur enseignement dans un héritage, tout en l’adaptant aux besoins de leurs élèves (recherche de médecine alternative, de dépassement de soi, de quête spirituelle). Par ailleurs, ces professeurs mobilisent cinq modalités pour légitimer leur statut de professeur, s’opposant ainsi à des tendances qui ternissent à leurs yeux le yoga : la commercialisation grandissante, la recherche de performance et d’esthétisme, le sport et la quête de bien-être.


Palavras-chave


modern yoga, legitimisation discourses, translation

Texto completo:

PDF


DOI: https://doi.org/10.26694/rer.v2i2.9552

Apontamentos

  • Não há apontamentos.


Direitos autorais 2020 Caroline Nizard